Ortas Grands vins

Hommage à Parmentier

Commémoration du bicentenaire de la mort...

…de Parmentier, scientifique bienfaiteur de l’humanité et grand promoteur de la pomme de terre, est inscrite au programme des commémorations nationales 2013. Son ouverture a eu lieu le 23 septembre et des événements sont prévus partout en France au cours du dernier trimestre 2013. Vive la pomme de terre ! Colloques, conférences, expositions… toutes les informations sur www.bicentenaire-parmentier.fr

fiche

AOP pour l'oignon de Roscoff

Le bel et bon oignon rose est protégé par une appellation d'origine

L’« Oignon de Roscoff » est un oignon de garde. Les tuniques externes des bulbes sont sèches, elles présentent une couleur rosée à rosée-cuivrée, les écailles internes sont blanches à faiblement rosées et présentent une bordure rosée. C’est un oignon d’un calibre compris entre 30 et 80 millimètres de diamètre, de forme allant du rond-allongé au rond-aplati. Sa queue est solidement fixée au bulbe par le collet et mesure au moins 5 centimètres. Il est récolté avant dessèchement complet des fanes, ce qui lui confère son caractère juteux et sa saveur sucrée peu piquante. Avant le conditionnement, chaque oignon est pris en main pour un nettoyage et un tri qui garantissent la qualité et la typicité des produits mis en marché. Il est souvent présenté en tresses où les oignons sont rangés par ordre décroissant de taille jusqu’à un gros oignon terminal appelé « penn kapiten ». Pour les oignons commercialisés en contenant rigide, chaque oignon est identifié par l’apposition d’une vignette autocollante. L’« Oignon de Roscoff » se conserve naturellement, sans traitement anti-germinatif. Il est produit sur 24 communes du Haut-Léon, au nord du département du Finistère, le long du littoral de la Manche bénéficiant ainsi d’un climat océanique particulièrement doux et de sols souvent recouverts d’épais dépôts limoneux. Ces conditions ont permis le développement des cultures d’oignons depuis le 17ème siècle. L’« Oignon de Roscoff » a acquis une notoriété au 19ème siècle avec l’exportation d’une grande partie de la production vers la Grande-Bretagne par les « Johnnies », surnom donné aux producteurs d’oignons qui tressaient et vendaient au porte à porte leur récolte. Le savoir-faire propre à la culture de l’« Oignon de Roscoff » s’est maintenu jusqu’à nos jours dans cette aire géographique.
Les chiffres : en 2012, 135 producteurs, 100 hectares, production de 3000 tonnes.

fiche

La renaissance du crêmet d’Anjou

Le goûter c'est l'adopter

« C’est un régal des Dieux ! » disait Curnonsky, natif d’Angers et donc grand connaisseur en crêmet d’Anjou. Un subtil mélange de crème fraîche fouettée et de blanc d’œuf battu qui peut se consommer salé (avec du saumon fumé par exemple) ou sucré accompagné de quelques fruits rouges, de confiture ou encore de coulis. Un petit bijou de gourmandise, moulé et égoutté dans un cœur en faïence, à ne pas confondre avec le crêmet de Nantes (un délicieux vendu chez Beillevaire, Coq d’Or du Guide des Gourmands) qui contient, lui, du fromage blanc à l’égal du fontainebleau. Dans la famille de ces régals aériens et crémeux, le crêmet d’Anjou a suscité une passion chez une jeune femme de vigneron du Saumurois (Le Manoir de la Tête Rouge à Puy Notre-Dame, www.manoirdelateterouge.com ), Sophie Reynouard, qui vend les jolis moules fabriqués à la main par Karin Chopin-Lolliérou accompagnés de la recette originale, de quelques gazes (pour l’égouttage) et d’idées pour varier les plaisirs (22 € le coffret avec 2 moules, 39 € avec 4 moules). Un dessert exquis, vite fait et d’un raffinement extrême.

fiche

Pré-salé de la baie de Somme

C'est le 200ème produit agroalimentaire français reconnu par l'Europe

AOP, appellation d'origine protégée pour l'agneau de pré-salé de la baie de Somme qui devient ainsi le 200ème produit agroalimentaire français (hors vins et spiritueux) a être reconnu par la Commission Européenne. Il s'agit d'un agneau d'un minimum de 135 jours, engraissé pendant 75 jours au moins, sur les pâturages côtiers régulièrement recouverts par la mer. Cet agneau est produit depuis le XVème siècle (au moins). Malheureusement, c'est un produit rare : seulement 10 éleveurs pour 1611 agneaux commercialisés dans 60 boucheries et restaurants. Et c'est un animal saisonnier, vendu uniquement de juillet à novembre. Si vous en trouvez, n'hésitez pas, goûtez-le. Infos sur www.inao.gouv.fr

fiche

Première pierre à Bordeaux

Profitant de Vinexpo et de la présence de nombreuses personnalités

Sur le Bassin à Flots de Bordeaux, Alain Juppé, entouré de tout le gratin régional, a posé la première pierre de la Cité des Civilisations du Vin et dévoilé la maquette de l'impressionnant bâtiment. Une architecture étonnante signée par le cabinet parisien X-TU pour un ensemble regroupant parcours d'exposition, restaurant et belvédère : le chantier, qui débutera début septembre, devrait durer deux ans et demi et la cité devrait être inaugurée en mars 2016. www.citedescivilisationsduvin.com

fiche

Gruyère AOP et Gruyère IGP

L'un est suisse, l'autre français

Tandis que le gruyère suisse, né dans la région de la Gruyère, dans les cantons de Vaud, Fribourg, Neufchâtel, Jura et quelques communes du canton de Berne, et reconnu AOC depuis 2001 transformée en AOP européenne en 2012, revendique son authenticité, le guyère français, produit dans pas moins de 12 départements, de la Haute-Marne à l'Isère, a réussi à obtenir une IGP (indication géographique protégée). Mais le consommateur aurait tord de les confondre. Certes les deux gruyères sont des pâtes dures au lait cru de vache mais c'est à peu près tout ce qui les rassemble : le premier n'a pas de trou, mais il est affiné entre 5 et 18 mois sur des planches d'épicea ce qui donne couleur et saveur intense à sa pâte; le second est affiné "au moins 120 jours", ce qui ne fait que 4 mois, et son goût moins prononcé plait à certains mais pas forcément aux grands amateurs. Il est parfait, en râpé, sur les gratins... Reste que cette IGP nous protège des gruyères bretons !
Pour tout savoir sur le vrai gruyère de la région de Gruyère : www.gruyere.com

fiche

IGP pour l'ail fumé d'Arleux

Une spécialité du Nord enfin reconnue

L’ail fumé d’Arleux est produit dans 62 communes du bassin d’Arleux à cheval sur les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Il se présente sous forme de tresses d’ail d’une couleur allant du brun roux léger au brun foncé qui peuvent réunir de 10 à 120 têtes et parfois de 3 têtes seulement. Les variétés utilisées sont de type « Ail du Nord ». Le séchage des têtes d’ail s’effectue avec les fanes, permettant ainsi la confection à la main des tresses. Le fumage, qui a lieu après le tressage, est réalisé dans un fumoir d’une température inférieure à 42°C et dure au moins 7 jours. La très longue conservation de l’ail (parfois plus d’1 an) est obtenue par ce fumage lent issu de matériaux (tourbe, lignite, courte-paille et sciure) traditionnellement utilisés dans la région d’Arleux. Chaque producteur choisit parmi ces matériaux pour constituer son mélange, donnant à son ail un fumage qui lui est propre. Il s’agit d’un produit régional ancien et réputé, les premiers textes mentionnant l’ail fumé d’Arleux datant de 1804. Le Guide des Gourmands compte depuis toujours deux bonnes adresses d'ail fumé d'Arleux à la saveur étonnante. Idéal pour mitonner une volaille aux gousses d'ail au goût particulier.

fiche

STG pour les moules de bouchot

Première spécialité française en STG

La STG, spécialité traditionnelle garantie, est un signe de qualité européen qui existe depuis 1992 et qui protège une recette traditionnelle. Sans référence spécifique à un ancrage géographique, elle peut donc être produite par tout opérateur européen, conformément au cahier des charges de la STG enregistré par la Commission européenne pour le produit concerné. Les moules de bouchot sont des moules fraîches entières et vivantes, qui se caractérisent par une coquille lisse et foncée, de forme régulière. Elles appartiennent essentiellement aux espèces : « Mytilus edulis » et « Mytilus galloprovincialis » et présentent une épaisseur moyenne égale ou supérieure à 12 millimètres. Leur chair cuite est de couleur crème à jaune orangé, et exempte de tout crabe ou grains de sable. Elle est onctueuse et non farineuse. Les caractéristiques notamment organoleptiques des moules de bouchot, sont liées à la fois aux choix des espèces qui entrent dans sa production, mais également à leur mode d’élevage qualifié d’élevage sur bouchot, réalisé sur un ensemble de pieux alignés et enfoncés dans le sable. Les moules de bouchots sont produites exclusivement sur des bouchots situés dans des estrans (parties du littoral situées entre les limites extrêmes des plus hautes et des plus basses marées). Les lignes de bouchot sont disposées en paliers successifs, du haut de l’estran vers le large. Les paliers d’amont constituent un lieu d’entrepôt où les moules sont placées lorsqu’elles ont atteint la taille pour être consommées.

fiche

Découvrez le spiritourisme

Après l'oenotourisme

Voici le spiritousime qui entraîne les curieux gourmands vers les hauts lieux de la production d'eaux-de-vie et de liqueurs. Chaque région a ses spécialités, tirées généralement de plantes et fruits locaux et une centaine de petites et moyennes entreprises peuvent se visiter avec plaisir. Pour tout apprendre du Noyau de Poissy comme de l'Armagnac, des liqueurs de fruits comme du pastis, du Cognac comme du genièvre de Houlle. Une découverte passionnante qui commence sur un tout nouveau site internet : www.spiritourisme.com

fiche

L'oeuf en danger ?

Avec 222 oeufs par an et par personne et une consommation en hausse de 1,9%....

Les Français aiment indiscutablement les oeufs, protéines peu chères et de bonne qualité nutritionnelle, faciles à trouver et, surtout, à cuisiner de mille façons. Mlaheureusement, les oeufs coutent de plus en plus cher à produire en raison de l'augmentation des prix de l'alimentation animale et de la baisse des prix de vente due à une suproduction européenne. Bien sûr, le "pondu en France" reste un bon critère de choix qui peut permettre aux consommateurs de protéger leurs éleveurs préférés mais si les prix grimpent trop, la filière risque d'être malmenée. Une fois de plus soyons locavores !

fiche

Mon Abonnement

Mot de passe oublié ?

Recherche Produits

Coqs d'Or
Nouveau dans le Guide



Les Coqs d'Or 2018

Les Coqs d'Or 2018

Champagne
Charles Clément

Champagne <br> Charles Clément

Vous avez dit vegan ?
Michel Dovaz

Vous avez dit vegan ?  <Br> Michel Dovaz

Vignerons Catalans

Vignerons Catalans

image description