Bannière animée 2

Balades

Regard gourmand sur des villes ou des pays qui méritent d'être savourés

Petit tour au Luxembourg

Si proche et si exotique

Entre Ardennes et Moselle, le Grand Duché du Luxembourg, petit pays de la taille d’un département français, mérite la visite pour de multiples raisons, y compris la gourmandise. Ses 600.000 habitants parlent allemand ou français mais aussi et surtout luxembourgeois, une langue aux racines germaniques. Et si tout le monde vous comprend et vous répond quand vous parlez français, d’instinct, quand un Luxembourgeois rencontre un Luxembourgeois, ils parlent… luxembourgeois. Et les noms des spécialités locales sont en… luxembourgeois.  Difficiles à prononcer pour un francophone mais l’accueil est si gentil qu’on se comprend toujours.
A deux heures de TGV de Paris et plus étonnant qu’on ne le croirait, le pays est un but idéal pour un long week-end… et plus si affinité ! Malgré son nom qui commence par « luxe », le pays n’a rien de bling-bling: on y croise même dans la rue le premier ministre qui va, en marchant, de son bureau au Palais avec grande décontraction, saluant au passage quelque connaissance. Super sympa !

Des spécialités bien cachées


Côté gourmandise, la découverte n’est pas facile car les habitants ont tendance à ignorer les traditions et à jouer la partition internationale en vous envoyant goûter une quiche dans un salon de thé ou un carpaccio chez des Italiens avant de vous avouer, sur votre insistance affamée, qu’il existe bien quelques plats et produits locaux, mais...  
Tout d’abord, visite des casemates du Bock et des vieux quartiers de Luxembourg puis pause au Café de Paris, place d’Armes, où Imo, serveur pince sans rire, vous fera choisir entre crémant et auxerrois pour vous rincer le palais à l’heure luxembourgeoise. Et l’on insiste avant d’apprendre, enfin, qu’à quelques pas de là on va pouvoir goûter quelque spécialité « solide ».

Retour aux nourritures terrestres


Niché entre Allemagne, France et Belgique, le Luxembourg  possède une cuisine européenne tendance germanique mais très ouverte : au fil des siècles, le pays a connu nombre de passages et d’immigrations et la mixité se trouve dans l’assiette comme ailleurs. Heureusement quelques bonnes vieilles traditions ont su résister au modernisme international. Certes, on vous parlera plus aisément de la dizaine d’étoilés Michelin dont la plus célèbre, Léa Linster, installée à Frisange, qui fut la première femme à remporter le Bocuse d’Or en 1989, que de l’artisan qui mitonne un bon pâté en croûte. Mais que cela ne vous décourage pas de partir à la découverte du pâté en croûte au riesling, de la friture de la Moselle, du gibier des forêts, du collet aux fèves, des kniddelen, bounenschlupp, bamkouch, mettwurst, feierstengszalot… et autres délices aux noms barbares. Première étape : le marché place Guillaume II (samedi et mercredi matin).

 

Tout commence avec des saucisses…


On pouvait s’y attendre sous ces latitudes : les saucisses sont là et bien là ! Très franchement entre boudin noir, saucisse blanche de veau et saucisses fumées de porc et bœuf que nous avions achetées chez Beim Burg , nous nous sommes régalés. Simple mais bien bon ! Et l’étal de ce charcutier est un vrai bonheur d’autant que le vendeur et Jeff Burg sont adorables.  www.burg.lu
En revanche, petite déception sur les fromages : certes, il y a bien le kachkeis, une sorte de cancoillotte à manger chaude avec des pommes de terre et quelques pâtes cuites de vache dont une au cumin rappelant le gouda pas mauvaise  mais… rien de bien étonnant ! On reviendra faire des recherches.

Jolie trouvaille : des eaux-de-vie étonnantes


Sur le marché, arrêtez-vous devant le petit étal de Margot Dolizy et laissez-la vous raconter comment, à partir de fruits de leurs vergers et de quelques baies sauvages, Pit Dolizy et elle produisent une étonnante collection d’eaux-de-vie aux saveurs inconnues comme le sorbier, la bière, les baies d’if … Nous sommes repartis avec de succulentes et puissantes mirabelles à l’eau-de-vie de mirabelle (sans sucre) et une très bonne confiture de mirabelle. www.distillerie.lu

Vive le pâté en croûte !


In-con-tour-nable : le pâté en croûte au riesling ou rieslingspaschtéit, né dans la maison Kaempff-Kohler installée depuis 1922 entre la rue du Curé et la place Guillaume II. Associant porc et veau sous une croûte dorée, le tout relevé d’herbes et aromates, sans oublier le riesling mais surtout façonné dans une forme longue et ronde qui le différencie de ses homonymes alsaciens et lorrains. La « cheminée » pratiquée sur le pâté, une fois pleine de gelée, forme un drôle d’œil qui attire les gourmands. N’hésitez pas à déguster le pâté de Kaempff-Kohler et celui d’Oberweis : ils se ressemblent beaucoup mais le second possède un goût de viande plus marqué qui nous a beaucoup plu.

Des gâteaux comme on les rêve


Oberweiss : une adresse incontournable pour tous les gourmands. Pour faire une pause déjeuner ou, en fin d ‘après-midi, avec un chocolat chaud. Nous y avons trouvé un étal de gâteaux à faire saliver tout individu normalement constitué, et à des prix qui étonnent les Parisiens tant ils sont sages. Mais aussi, un pâté en croûte au riesling très goûteux, du jambon cru luxembourgeois (ça existe !) pas mal du tout, un sandwich aux crevettes grises ne cachant pas ses influences belges et des tas d’autres gourmandises salées ou sucrées qui méritent le détour.

Un petit supplément de douceur


Toujours dans la même grande pâtisserie contemporaine, on ne peut que conseiller aux gourmands de tomber sans trop se défendre sous le charme du très typique gâteau à la broche, le bamkouch, mais aussi et surtout des exquis petits beurres maison (une tuerie pour les petits comme pour les grands gourmands) et des fondantes  madeleines.

Et l’on boira des vins de Moselle


Non loin de la capitale – rien n’est vraiment loin au Luxembourg !-  au sud-est du pays, sur le mieux orienté des flancs de la vallée de la Moselle qui joue la frontière avec l’Allemagne,  le joli vignoble pentu donne des vins trop méconnus des amateurs que les Français sont censés être. Une balade s’impose. Non seulement parce que le paysage est magnifique mais aussi parce que c’est probablement la région la plus authentiquement gourmande. En tout cas, celle qui vous propose de découvrir quelques spécialités locales traditionnelles à ne pas rater. Tout en dégustant des vins de Moselle : du crémant, du vin blanc tiré du pinot blanc ou gris, du riesling, du sylvaner et autres cépages connus en Alsace mais aussi de cépages locaux comme l’auxerrois, l’elbling ou le rivaner. Et du vin rouge tiré du gamay, du pinot noir ou du plus rare saint-laurent , très ancien cépage oublié faisant son retour. Dégustations conseillées dans la famille Schumacher-Lethal  sur la route des vins à Wormeldange, qui produit un riesling Wormeldange Wousselt aromatique, croquant et sec (8,80 €) et quelques autres vins blancs cristallins et élégants très abordables. www.schumacher-lethal.lu

Friture et gibier au Domaine de la Forêt


Merci à Claude Wallerich, qui, devant notre désir irrépressible de découvrir les spécialités locales, n’a pas hésité, dès potron-minet, à nous confectionner une friture de gardons rouges, plat mosellan figurant à la carte. Franchement c’est délicieux ! N’hésitez pas, d’autant que ces petits poissons frits croustillants vont vraiment bien avec les vins blancs locaux. Suivi d’un gibier arrosé d’un pinot noir... un vrai repas luxembourgeois dans une belle et très sympathique maison installée à Remich www.foret.lu

Feierstengszalot au Bistrot Gourmand


Autre étape gourmande à ne pas rater, ce bistrot à vins qui, d’une part propose un bon choix de crus luxembourgeois dont le pinot noir du domaine Henri Ruppert à Schengen, qui était parfait sur le plat jour, le feierstengszalot, une salade de bœuf cuit, effiloché, mélangé avec œufs durs émiettés, oignon et cornichons, servie avec frites et salade verte. Super sympa. Ici, à Remerschen, on peut aussi goûter, si on tombe bien, d’autres plats typiques comme le collet aux fèves du marais… www.bistrotgourmand.lu
De nombreux plats luxembourgeois nous restent à découvrir comme les kniddelen, le lapin à la luxembourgeoise, la bouneschlupp, une soupe de légumes et haricots enrichie de crème et bien d’autres.  We will come back !

L’Europe avant tout


Pas question de quitter le Luxembourg sans passer par Schengen. Ne serait-ce que pour visiter le Musée et admirer d’un œil amusé les colonnes portant les étoiles ornées des symboles de chaque pays : coq et tour Eiffel pour la France, tulipe et feuille de canabis pour la Hollande... Mais aussi pour voir le château où séjourna Victor Hugo. En bord de Moselle, un morceau de notre histoire ! Schengen : 30 ans déjà !  L’occasion de fêter ça avec un vin de Moselle bien frais et des produits ibériques, charcuteries (superbe jambon), conserves de poissons… qui leur vont si bien. Une nouvelle adresse à Burmerange pour organiser une fête européenne : Halma, 17 A rue Jos Kayser , Tél. : +352 2 666 51 07 – Prenez rendez-vous !

Carnet d’adresses


-Kaempf Kolher : belle maison dirigée par les frères Kaempff et divisée en plusieurs pôles : fromages et vins (les meilleurs crus du Luxembourg mais aussi d’ailleurs), pâtisserie, traiteur… En centre ville de Luxembourg et à Niederanven www.kaempff-kohler.lu
-Oberweiser : récemment relookée, une superbe pâtisserie-traiteur avec salon de thé en centre ville, dans Grand-Rue mais aussi 4 autres boutiques dont une à la Gare Centrale. www.oberweis.lu
-100% Luxembourg : à Grevenmacher , dans la zone piétone, une boutique consacrée aux produits luxembourgeois. Confitures, fromages, biscuits, vins, liqueurs, eaux-de-vie  et objets. Pour offrir le Luxembourg www.100-luxembourg.lu

-Confitures : Jean-Paul  Friederes, Eppelpress,  12a Beforterstross  L-9365 Eppeldorf  tél. : 691 83 61 85  www.eppelpress.lu

Gelée de framboise et groseille achetée chez 100% Luxembourg :  pas mal du tout.

-Eaux-de-vie : Distillerie Dolizy & Guillon à Ehnen : également sur le marché à Luxembourg ville. Pour goûter des eaux de vie étonnantes tirées du coing, de la mirabelle, du sorbier, de la bière mais aussi des nèfles, de baies d’if, d’aubépines ou d’églantines. Une quarantaine d’eaux-de-vie mais aussi des fruits frais et des fruits à l’eau-de-vie.  www.distillerie.lu . Et Distillerie Zenner à Schwebsange pour ses eaux-de-vie de fruits et sa fine des coteaux de Schengen. www.distillerie-zenner.lu

-D’autres adresses vins : domaine Alice Hartmann à Wormeldange www.alice-hartmann.lu , domaine Henri Ruppert à Schengen www.domaine-ruppert.lu et domaine Sunnen-Hoffmann à Remerschen www.caves-sunnen.lu

Et pour tout savoir : www.visitluxembourg.com


Mon Abonnement

Mot de passe oublié ?

Recherche Produits

Coqs d'Or
Nouveau dans le Guide



Les Coqs d'Or 2020

Les Coqs d'Or 2020

Champagne
Charles Clément

Champagne <br> Charles Clément

Périgord Attitude

Périgord Attitude

Du neuf en boutique: Pariès à Espelette

Du neuf en boutique: Pariès à Espelette

Miss Pô a... délicieusement goûté

Miss Pô a... délicieusement goûté

UN FILM NATURE
par Michel Dovaz

UN FILM NATURE  <Br> par Michel Dovaz

Marie.net

Marie.net

image description